Bio

Trois ans. Trois ans d’existence, de confrontation au public, de scènes plus ou moins prestigieuses, de plans foireux, de belles rencontres, artistiques et humaines, trois ans de création musicale…

Une lente maturation qui a permis aux trois musiciens de Bak Trak d’aboutir enfin à la réalisation de ce premier album, « Hidden Trouble».
Les bases avaient été posées dès la genèse du projet, né sous le signe de la radicalité musicale (tranchant alors avec leur précédent projet trip hop After Blowdown) et le premier manifeste du groupe, « Voltage », avait révélé en cinq titres sa substance : un son défricheur hors des sentiers battus, à la croisée du rock pour l’énergie, du dub pour le sens du groove, de l’électro et du noise pour ce goût certain de l’expérimentation à rebrousse-poil.
Il aura donc fallu trois ans pour faire de cet album l’aboutissement d’un processus créatif.

Hidden Trouble témoigne de ce laps de vie, court et long à la fois, où s’opposent doutes et certitudes, souffles et étouffements, légèreté et chape de plomb… Des antagonismes musicalement latents chez Bak Trak, qui se partage entre un amour schizophrène des lignes de basse bien rondes et des nappes synthétiques bien rugueuses, des rythmiques lourdes et des « poumchaks » sautillants, qui n’apprécie guère le calme sans soubresauts électroniques, l’harmonie sans interférences.

Un premier album est toujours une étape-clé dans la vie d’un groupe. Si Bak Trak a clairement enfoncé le clou avec Hidden Trouble, le trio jusqu’ici exclusivement instrumental franchit avec brio le cap du chant sur deux de ses titres. En se payant d’un côté le luxe d’inviter un illustre inconnu au grain de voix incroyable , Rodolphe Villaume, sur Long Black Hair, belle « balade » trip hop/rock tendue ; et de l’autre en s’associant à deux voix issues de la scène métal/fusion, Chill (Dancefloor Disaster) et Max (Mamagreyo), officiant tous deux dans le groupe Deadlake, et qui ici nous servent un flow rap/emo/core sur « Lies since 31 », hip hop sans concession, trouble et malsain, terriblement actuel.

Autres collaborations, autres surprises, Bak Trak nous gratifie aussi sur son album de deux remixes de son premier EP en guise de bonus tracks, des titres revisités par l’artiste electro-dub Kaïma et Alaskam, dans sa veine electro planante.

« Hidden Trouble »… Une tension cachée, une plainte sourde, une colère longtemps contenue, doucement montée en puissance et qui de manière salutaire explose désormais au grand jour sur disque et sur scène. Et putain, ça fait du bien !

« Ben Devillers »

Open Zik Records